Paroisse Sainte-Marie des Peuples

Amilly - Lucé - Mainvilliers

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Vivre

11 JUIN: JOURNEE COMMUNAUTAIRE PAROISSIALE

Envoyer Imprimer PDF
Dimanche 11 juin, c'est la date qu'il faut retenir pour que ce jour de repos dominical soit synonyme de retrouvailles, de fête et de joie !

Vous êtes invités à retrouver toute la paroisse Sainte-Marie des Peuples à Amilly.

Vous êtes un(e) habitué(e) de la paroisse ? Voilà un jour parfait pour retrouver ami(e)s, frères et soeurs en Christ.

Vous ne connaissez pas notre paroisse,vous venez de déménager, vous cherchez une communauté de croyants joyeuse et vivante ? Voilà une occasion parfaite pour venir découvrir, faire connaissance, vous laisser porter par l'esprit festif ou les temps de louange, profiter d'un repas convivial...


Vous n'aurez plus aucune raison de rester chez vous !Complice





Programme:

10h00 - Réception des plats à la salle des fêtes (Salle Jean Ménard) d'Amilly

10h30 - Messe unique à l'église Saint-Pierre-Saint-Paul

12h00 - Apéritif et repas partagé à la salle des fêtes

14h00 - Temps d'action de grâce

15h00 - Temps de détente intergénérationnelle

16h00 - Clôture et rangements

Mise à jour le Lundi, 29 Mai 2017 21:24
 

LE DENIER, UN DON PAS COMME LES AUTRES

Envoyer Imprimer PDF

Depuis 110 ans, l’Église catholique en Eure et Loir n’a comme ressources que les dons des catholiques.

Parmi ces dons, le Denier de l’Église est la participation volontaire et indispensable des catholiques pour assurer la prise en charge des acteurs indispensables à la mission de notre Église, et en premier lieu les prêtres auxquels nous devons assurer les moyens de vivre.

Le denier couvre le traitement mensuel de 850 € pour chacun des 36 prêtres de moins de 65 ans et d’un évêque, auquel s’ajoutent les cotisations sociales de 735 € pour chacun.

Le denier permet d’assurer aux 32 prêtres de plus de 65 ans les mêmes ressources et quand l’heure des dépendances arrive, de prendre en charge leur accueil à la maison Saint-Chéron.

Il sert aussi à couvrir la charge de la formation des 7 séminaristes que nous serons heureux de recevoir comme prêtres dans les années qui viennent.

Ceci suffit à faire apparaître combien votre participation au denier de l’Église est vital pour la mission de notre Église en Eure et Loir.

Aujourd’hui seule une famille pratiquante sur trois participe au denier de l’Église.


Et vous? Ne vous faites pas prier ! Prenez votre part ! Donnez !




L’Église catholique en Eure-et-Loir, c’est :

  • 23 paroisses,
  • 2200 enfants au catéchisme,
  • 2010 baptêmes,
  • 528 mariages,
  • 90 messes le dimanche,
  • 2508 célébrations d’obsèques.

Grâce à votre don, l’Église en Eure-et-Loir finance : 56 prêtres en activité, 12 prêtres retirés, 7 séminaristes, 13 personnels administratifs (*) et 14 laïcs en mission

(*) :  nombre de personnes en équivalent temps plein.

Source de cet article et modalités pour effectuer votre don ici: http://www.diocese-chartres.com/le-denier/

Mise à jour le Lundi, 29 Mai 2017 21:26
 

LE RENOUVEAU CHARISMATIQUE, UNE GRACE DE PENTECOTE

Envoyer Imprimer PDF

La particularité cette année de la fête de Pentecôte dans l’Eglise catholique est la célébration du Jubilé d’or du Renouveau Charismatique. Cinquante années où l’Eglise par ses pasteurs se laissait renouveler par la puissance de l’Esprit Saint. A l’exemple des paroles du pape saint Jean XXIII convoquant le Second Concile Œcuménique (le 25 décembre 1961) citait des paroles d'une prière au Saint-Esprit : « Renouvelle tes merveilles en notre temps, comme par une nouvelle Pentecôte ».

En quel sens le Renouveau charismatique est-il considéré comme « une chance pour l’Eglise et pour le monde » comme l’avait dit le Bienheureux Paul VI. Le père Cantalamessa Raniero, prédicateur de la maison pontificale nous donne la réponse : « parce qu’il nous permet de redonner au salut chrétien toute la richesse spirituelle concentrée dans le don de l’Esprit Saint. Il nous montre une fois de plus que, comme le disait saint Séraphin de Sarov, le but de la vie chrétienne est l’acquisition de l’Esprit Saint. Il donne une nouvelle image de la vie chrétienne : une joie contagieuse qui n’a plus rien du sombre pessimisme qui a poussé Nietzsche à la rejeter. » (« Comme une nouvelle Pentecôte », Patti Gallagher M. p.18)

Réjouissons-nous du Renouveau charismatique qui manifeste les grâces de la Pentecôte dans l’Eglise catholique. Dans ce jubilé d’or, que notre Eglise ne cesse de vivre « une nouvelle pentecôte »  et voir se réaliser ce que le Concile Vatican II souligne  « la dimension charismatique de l’Eglise »

Bonne fête de Pentecôte.

Père Dominique Bienvenu Ndinga, curé de la paroisse, CCN


Mise à jour le Lundi, 29 Mai 2017 20:46
 

LE SOUVENIR COMME CLE D'ACCES A LA JOIE DU RESSUSCITE

Envoyer Imprimer PDF

« …Pourquoi cherchez-vous le vivant parmi les morts ? Il n’est pas ici, il s’est réveillé. Souvenez-vous de quelle manière il vous a parlé, lorsqu’il était encore en Galilée et qu’il disait : il faut que le Fils de l’homme soit livré aux pécheurs, qu’il soit crucifié et qu’il se relève le troisième jour. Et elles se souvinrent de ses paroles. » (Lc 24, 5b-8).

L’auteur du troisième évangile, à travers ce passage, nous livre l’une des clés d’accès à la joie du Ressuscité, le Christ : Il est vraiment Ressuscité ! En effet la résurrection est aussi une question de souvenirs et ce n’est pas sans lien avec le mot tombeau qui renvoie à la mémoire. Les femmes venues au tombeau étaient invitées à vivre d’abord cette résurrection de leur mémoire, de leurs souvenirs pour ensuite accueillir la Bonne Nouvelle : Il s’est réveillé, il est Ressuscité !

Or pour annoncer la joie de la Résurrection aux autres, il convient que je puisse d’abord l’accueillir personnellement et communautairement. Mais comment l’accueillir si je suis encore enfermé par des souvenirs mortifères (les soucis familiaux et la tristesse) qui peuvent gêner l’écoute de cette voix qui me dit : il s’est réveillé ?

Que chacun puisse donc se souvenir avec patience, grâce au travail de l’Esprit en nous, pendant ces semaines qui nous séparent de la Pentecôte, des moments d’intimité passés avec le Seigneur, de ses paroles de vie et de toutes les promesses d’espérance qu’il nous a faites. Certes elles ne peuvent empêcher ni le deuil ni les larmes ; mais elles contiennent la Vie et la Joie du Ressuscité ! Ne nous avait-il pas déjà dit : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jn 14, 6) ?

Oui, Il n’est pas ici, mais il est Ressuscité ! (Lc 24, 6)

Père Gilles Tchissambot, vicaire de la paroisse, CCN
Mise à jour le Lundi, 29 Mai 2017 20:47
 

LA PAQUE DES RESSUSCITES

Envoyer Imprimer PDF

Le carême vécu intensément comme un temps fort nous entraine à célébrer et à expérimenter la mort et la résurrection de notre Seigneur Jésus-Christ. Laissons-nous enseigner par le Pape Benoit XVI sur la nature de sa Résurrection et de sa signification.

« - Jésus n’est pas quelqu’un qui est revenu à la vie biologique ordinaire et qui par la suite, selon les lois de la biologie, devrait un jour ou l’autre mourir de nouveau. – Jésus n’est pas un fantôme (un esprit). Cela veut dire qu’il n’est pas quelqu’un qui, en réalité, appartient au monde des morts, même s’il lui est possible de se manifester de quelque manière dans le monde de la vie. – Les rencontres avec le Ressuscité sont pourtant quelque chose qui diffère aussi des expériences mystiques, dans lesquelles l’esprit humain est un moment soulevé au-dessus de lui-même et où il perçoit le monde du divin et de l’éternel pour revenir ensuite à l’horizon normal de son existence. L’expérience mystique est un dépassement momentané du domaine de l’âme et de ses facultés perceptives. Mais ce n’est pas une rencontre avec une personne qui, de l’extérieur s’approche de moi. Paul a très clairement fait la distinction entre ses expériences mystiques (comme par exemple son élévation jusqu’au troisième ciel décrite en 2 Corinthiens 12,1-4) et sa rencontre avec le Ressuscité sur le chemin de Damas, qui était un événement de l’histoire, une rencontre avec une personne vivante »

In Jésus de Nazareth, De l’entrée à Jérusalem à la Résurrection. Benoit XVI, p. 319- 320

La Pâques de notre Seigneur est aussi la nôtre. Sa Résurrection est notre Résurrection. Notre baptême, nous plonge dans la mort et la résurrection de Jésus Christ. Le chrétien est le Ressuscité à jamais. C’est en tant qu’homme que Jésus a souffert et qu’il est mort, et il vit en tant que Ressuscité d’une manière nouvelle dans la dimension du Dieu vivant. Ce passage pascal peut être comparé au temps des fiançailles quand, avant le mariage, deux personnes se préparent à s’engager l’une envers l’autre pour toujours, pour créer un nouveau milieu de vie. La Résurrection crée pour nous, baptisés, un nouveau milieu de vie avec Dieu. Réjouissons-nous de notre Pâques, notre Résurrection. A chacun, Bonne vie de Ressuscité.

Dominique Bienvenu NDINGA, CCN
Mise à jour le Jeudi, 30 Mars 2017 15:34
 
  • «
  •  Début 
  •  Précédent 
  •  1 
  •  2 
  •  3 
  •  4 
  •  5 
  •  6 
  •  7 
  •  Suivant 
  •  Fin 
  • »


Page 1 sur 7
Bannière

Nous contacter

Presbytère de Lucé

1 place du 19 mars 1962

Tel: 02.37.33.03.19

 

Permanences:

Du mardi au vendredi*: 17h à 18h30 - Samedi: 10h à 12h

(*le mardi seulement pendant les vacances scolaires)



Presbytère de Mainvilliers


4 rue Esther Villette

Tel: 02.37.21.15.33

 

Permanences:

Mercredi: 16h30 à 18h - Samedi: 10h à 12h

 


Presbytère d'Amilly


8 rue Jean Moulin

Tel: 02.37.27.59.07 (sur rdv)