Paroisse Sainte-Marie des Peuples

Amilly - Lucé - Mainvilliers

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Autres enseignements

L'EVANGILE DU JOUR EN MUSIQUE

Envoyer Imprimer PDF

La chaîne Youtube de la paroisse Sainte-Marie des peuples vous présente une nouvelle video :

Bonnes vacances à tous !

Mise à jour le Jeudi, 17 Juillet 2014 19:12
 

HABEMUS PAPAM

Envoyer Imprimer PDF

Première homélie du Pape François le 14 mars 2013
Dans ces trois lectures, je vois un point en commun : c’est le mouvement. Dans la première lecture, le mouvement dans le cheminement ; dans la seconde lecture, le mouvement dans l’édification de l’Église ; dans la troisième, l’Évangile, le mouvement dans la confession.

Cheminer, édifier, confesser.

Cheminer. "Maison de Jacob, venez, marchons dans la lumière du Seigneur". La première chose que Dieu ait dite à Abraham, c’est : Marche en ma présence et sois irréprochable. Cheminer : notre vie est un cheminement et lorsque nous nous arrêtons, cela ne va pas. Cheminer toujours, en présence du Seigneur, dans la lumière du Seigneur, en cherchant à vivre de manière irréprochable comme Dieu le demandait à Abraham, dans sa promesse.

Édifier. Édifier l’Église. On parle de pierres : les pierres ont de la consistance ; mais des pierres vivantes, des pierres ointes par le Saint Esprit. Édifier l’Église, l’épouse du Christ, sur cette pierre angulaire qu’est le Seigneur lui-même. Voilà un autre mouvement de notre vie : édifier.

Pensez à cliquer sur le carré noir en bas à droite de cette vidéo pour la visionner en plein écran

Troisièmement, confesser. Nous pouvons cheminer tant que nous voulons, nous pouvons édifier beaucoup de choses, mais si nous ne confessons pas Jésus-Christ, cela ne va pas. Nous deviendrons une ONG d’assistance, mais pas l’Église, épouse du Seigneur.

Quand on ne marche pas, on s’arrête. Quand on ne construit pas sur les pierres, que se passe-t-il ? Il arrive ce qui arrive aux enfants sur la plage quand ils construisent des châteaux de sable, tout s’écroule, tout est sans consistance. Quand on ne confesse pas Jésus-Christ, cela me fait penser à la phrase de Léon Bloy : “Qui ne prie pas le Seigneur, prie le diable”. Quand on ne confesse pas Jésus-Christ, on confesse la mondanité du diable, la mondanité du démon.

Cheminer, édifier-construire, confesser. Mais ce n’est pas si facile, parce que quand on chemine, quand on construit, quand on confesse, il y a parfois des secousses, il y a des mouvements qui ne sont pas vraiment les mouvements du cheminement : ce sont des mouvements qui nous tirent en arrière.

Cet Évangile se poursuit avec une situation spéciale. Le même Pierre qui a confessé Jésus-Christ lui dit : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Je te suis, mais ne parlons pas de la croix. Cela n’a rien à voir. Je te suis avec d’autres possibilités, sans la croix.

Quand nous marchons sans la croix, quand nous édifions sans la croix et quand nous confessons un Christ sans croix, nous ne sommes pas des disciples du Seigneur : nous sommes des personnes du monde, nous sommes des évêques, des prêtres, des cardinaux, des papes, mais pas des disciples du Seigneur.

Je voudrais que tous, après ces jours de grâce, nous ayons le courage, vraiment le courage, de cheminer en présence du Seigneur, avec la croix du Seigneur ; d’édifier l’Église sur le sang du Seigneur, qui est versé sur la croix ; et de confesser l’unique gloire : le Christ crucifié. Et ainsi l’Eglise ira de l’avant.

Je souhaite que le Saint-Esprit, par la prière de la Vierge, notre Mère, nous accorde à tous cette grâce : cheminer, édifier, confesser Jésus-Christ crucifié. Ainsi soit-il.

__________


Les trois lectures de la messe "pro Ecclesia", que le pape François a commentées, étaient tirées du livre d’Isaïe (2, 2-5), de la première lettre de Pierre (2, 4-9) et de l’Évangile selon Matthieu (16, 13-19).

Le pape a prononcé son homélie en italien, sans aucun texte écrit. Ce qui est reproduit ici est la transcription intégrale de ce qu’il a dit.

Mise à jour le Samedi, 25 Juillet 2015 22:24
 

LA RENONCIATION PAPALE PAR FRANCOIS DE LAGARDE

Envoyer Imprimer PDF

Francois de Lagarde Témoignage de François de Lagarde
recueilli par Mariane Denis
de l'Echo républicain
Cliquer sur la photo pour téléchager l'article





Mise à jour le Samedi, 25 Juillet 2015 22:23
 

CE QUE JEAN-PAUL II REPONDAIT AUX QUESTIONS DES JEUNES

Envoyer Imprimer PDF
Au mois de juin 1980 le Pape Jean-Paul II répondait aux 21 questions des jeunes au Parc des Princes.

La liste des questions posées au Pape par les jeunes est téléchargeable en cliquant ici

ci dessous la video de cette rencontre (1h 40 min environ). Vous pouvez cliquer sur le carré noir en bas à droite de la video pour la visualiser en plein écran. Il se peut que la video connaisse des interruptions (2 au maximum) il suffit de patienter sans interrompre la lecture, la video reprend toute seule au bout de quelques minutes.


la version courte en audio seule (17 minutes) ci-dessous :


La version écrite de la totalité du discours de Jean-Paul II est téléchageable en cliquant ici (56 Ko, 9 pages)

D'autres videos et documents sur cette rencontre seront bientôt en ligne sur cette page le temps de les formater dans le but de faciliter leurs consultation / visualisation sur le site.
Mise à jour le Mardi, 27 Octobre 2015 13:19
 

DISCOURS D'ANTOINE ANNIBAL, RESPONSABLE DE LA COMMUNAUTE TAMOULE

Envoyer Imprimer PDF

Cher Pères, Frères, Mesdames, Messieurs et Cher Compatriotes,

Pourquoi est-on réunis ici dans cet après-midi ?  Le Père Bruno m’a dit récemment qu’il ne connait pas grand-chose sur la Communauté Tamoul et que nous vivons un peut dans l’ignorance. C’est pour  cette raison qu’on consacre aujourd’hui, une journée des Tamouls, pour vous éclaircir de notre présence.

La Communauté Catholique Tamoule Indienne est constituée du peuple de la région Sud de l’INDE notamment de MADRAS appelé emaintenant CHENNAI, plus connue sous le nom de TAMIL NADOU où la langue Tamoul est parlée et pratiquée. 
La langue Tamoul est la langue principale de la famille dravidienne, riche en littérature qui existait, autant que le Grec, le Latin et le Sanskrit,  il y a 2000 ans et continue d’exister même aujourd’hui contrairement à la désuétude de ces langues classiques.

Imprégnés d’une civilisation millénaire très riche sur le plan culturel et spirituel, la gentillesse est un sens fort de l’accueil et de l’hospitalité qui nous sont tout à fait naturels.  Venant des anciens comptoirs français, nous sommes presque tous de nationalité française et servons la France depuis fort longtemps en tant que militaires, fonctionnaires, cadres ou employés dans le secteur privé.  Nous nous intégrons très bien en métropole et dans nos paroisses d’appartenance.  Bon nombre d’entre nous participent activement dans les conseils pastoraux, les groupes de catéchèse, l’équipe des migrants ou encore dans l’animation de messe dominicale.  Cette intégration presque parfaite ne fait pas oublier pour autant notre origine.  C’est pourquoi les Catholiques de souche Indienne restons attachés à notre culture et à la langue Tamoule et par conséquent, à l’Aumônerie Indienne qui nous permet de manifester notre foi à la manière Indienne.

Selon la légende, l’apôtre Saint Thomas, venu en Inde aurait évangélisé une partie du Sud de l’ Inde et il serait mort martyr à CHENNAI plus connue sous le nom de MADRAS, sur le lieu, qui porte son nom en Anglais SAINT THOMAS MOUNT, c'est-à-dire le MONT SAINT THOMAS.  Par la suite, THOMAS KANNA aurait porté la Bonne Nouvelle en Inde au VI° siècle d’où la présence de la communauté Syrienne Orthodoxe dans la région de Kerala à l’Ouest de Chennai.  C’est à l’arrivée de Saint François Xavier vers l’an 1544 à GOA une des anciennes colonies Portugaise en Inde que l’on assiste à une réelle expansion du Christianisme au sud de l’Inde.  Ainsi nous sommes évangélisés par l’apôtre Saint Thomas et par Saint François Xavier et ensuite par les Missions Etrangères de Paris.  Nous venons d’un pays où l’ Hindouisme est la religion prédominante et être témoins du Christ et rester fidèles à la fomep
i Chrétienne sont devenus un défi aujourd’hui car les Chrétiens sont de plus en plus opprimés au nom de leur foi.  Aujourd’hui il ya environ 19 millions de Catholiques en INDE dont plus de 5  millions d’en l’Etat de Tamil Nadou.

Tout au début les Tamouls Indiens présents à PARIS ou ailleurs en France se réunissaient de façon irrégulière autour d’un prêtre compatriote, souvent de passage ici pour les études théologiques, pour la célébration de l’Eucharistie et pour le sacrement de réconciliation en langue maternelle.  Dans les années 1970, le Père Audiot Francis de la Mission étrangères de Paris ( MEP), qui avait passé de longues années au sud de l’Inde, ayant ressenti ce besoin spirituel des Chrétiens Tamouls de l’Inde, a voulu leur apporter son soutien d’Apostolique.
Ainsi, les célébrations de l’eucharistie avaient lieu dans la chapelle des MEP où d’autres sacrements, tels que celui des malades, confession, baptême ou communion, voire mariage, ont été administrés en langue Tamoul ponctuellement à la demande des fidèles.  La légion de Marie et d’autres groupes de prières et de réflexion se réunissaient régulièrement autour du Père Audiot.  Ce dernier s’avançant en âge et ne pouvant plus assurer ce service pastoral autrement.

C’est ainsi, avec l’accord de l’Archevêque de Pondichéry de l’époque, Mgr SELVANADAR, que l’Aumônerie Indienne a pu s’établir en 1985 dans l’enceinte des MEP, à la rue du Bac, dirigée par un prêtre du diocèse de Pondichéry.  Par la suite, ce prêtre a été remplacé par d’autres jusqu’à nos jours.  Dernièrement le Père Michael John ANDONISSAMY qui était Aumônier pendant 9 ans de 1998 jusqu’en 2007 avait fait le maximum de travail pour élargir la Communauté, et c’est ainsi qu’avec lui sont officialisés les Communautés de Chartres, Trappes, Grigny, Evreux, Evry, Antony, Lyon et sont nés les Communautés Villiers le Bel et Vernon.  Et aujourd’hui nous possédons le Père Germanus MOUTOU comme Aumônier depuis 3 ans qui se donne beaucoup pour former un groupe de Jeune et les ramener vers l’église.

Nos deux grandes manifestations sur Lucé sont, la Fête du Divine Miséricorde célébrée le dimanche après Pâque et la Fête de Notre Dame de VELANKANNY célébrée le dernier samedi du mois Septembre.
Chers Amis, comme vous le savez, nous sommes environ 48 familles Tamoules Indienne dans notre paroisse et la statue de la vierge de N.D.VELANKANNY appelée N.D. de la Santé installé à l’église St François à Lucé depuis Septembre 2003 nous aide à développer et multiplier nos efforts, individuellement, en famille, par groupe ou en communauté en récitant des chapelets et en pratiquant des célébrations en  l’honneur de la mère de Dieu, pour  ramener vers notre église les brebis qui sont encore dans le doute.  Tous cela c’est grâce à l’évêque de l’époque Monseigneur Bernard Nicolas AUBERTIN qui  nous a autorisé à garder notre mère dans cette église et nous lui en remercions de tout cœur en ce moment.

Les célébrations eucharistiques et d’autres moments de prières nous offrent une occasion unique de nous réunir pour prier ensemble dans notre langue maternelle.  Tous les soirs la majorité des familles Tamoules font leurs prières avec les enfants en récitant un chapelet devant le petit autel installé chez eux.  C’est ainsi que la foi est transmise vers les jeunes.  Voulant conserver, malgré tout, notre identité culturelle, nous nous déplaçons en famille à chaque grande manifestations célébrés dans d’autres villes comme Paris, Sarcelles, Pontoise, Grigny, Trappes, Evreux, Vernon, Evry, Antony, Villiers le Bel et Lyon.  Ce qui nous permet de transmettre la foi et les bonnes traditions aux jeunes qui, pour la plupart, sont nés en France.  Portés par cet élan, les jeunes commencent à participer activement dans les diverses actions de l’église.

Nous pouvons affirmer aujourd’hui que le service apostolique dispensé par notre Aumônerie nous aide à approfondir notre foi dans le Christ et à rester fidèle à  l’Evangile, tout en gardant les valeurs de notre dévotion ou concept de Dieu si présent dans nos coutumes et notre culture héritées de nos ancêtres de la civilisation Hindouiste.

La Communauté Tamoule de la Paroisse de Lucé remercie, le Père Bruno VUILLAUME pour son soutien et ses aides à nos différentes manifestations.  Nous vous remercions chers Frères et Sœurs, de votre attention.
Cette communauté ne peut continuer d’exister et de proclamer la foi Chrétienne dans son originalité et dans sa diversité qu’avec le soutien de l’Eglise de France.



Mr Antoine ANNIBAL, Responsable de la Communauté Tamoule
(Discours du 20/06/2010)

Photo de Monsieur Antoine  Annibal  Responsable de la Communauté Tamoule de Sainte-Marie Des  Peuples



Mise à jour le Samedi, 25 Juillet 2015 21:39
 


Bannière

Témoignages et louanges


Nous contacter

Presbytère de Lucé

1 place du 19 mars 1962

Tel: 02.37.33.03.19

 

Permanences:

Du mardi au vendredi*: 17h à 18h30 - Samedi: 10h à 12h

(*le mardi seulement pendant les vacances scolaires)



Presbytère de Mainvilliers


4 rue Esther Villette

Tel: 02.37.21.15.33

 

Permanences:

Mercredi: 16h30 à 18h - Samedi: 10h à 12h

 


Presbytère d'Amilly


8 rue Jean Moulin

Tel: 02.37.27.59.07 (sur rdv)