Paroisse Sainte-Marie des Peuples

Amilly - Lucé - Mainvilliers

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

TEMOIGNAGE DE MARIE-PIERRE AU PARCOURS ALPHA

Envoyer Imprimer PDF

logo Parcours Alpha Classic

Témoignage de Marie-Pierre lors de la soirée Alpha dont le thème est « qui est Jésus ? » où elle a accepté de dire qui est Jésus pour elle, comment elle L'a rencontré dans sa vie.

Son témoignage :

CHANCE DE TEMOIGNER

Je peux répondre librement, volontairement à cette question, je ne risque rien (ou…presque rien !) D’autres pour y répondre, pour affirmer « qui est Jésus pour moi ? » risque leur vie, sont emprisonnés, torturés, tués, ou en attente de leur exécution, leur condamnation à mort (Asia Bibi).

Qui est Jésus ?

J’ai connu Jésus depuis mon enfance, sur les genoux de ma mère. Elle me faisait parler à Jésus, en apprenant mes prières tout d’abord, à genoux le soir au bord du lit.

J’ai connu aussi Jésus par mon père : il ne m’en parlait pas étant petite (plus grande oui) mais par les gestes que je lui ai vu poser : lorsque parfois j’ouvrais la porte de sa chambre à certaines heures, je le voyais à genoux au pied du lit, face à la croix, et lui aussi les bras en croix.

J’ai connu Jésus par la grande grâce de venir à Lourdes, non pas 15 jours de suite, mais 15 années de suite environ, accompagnant mes parents car papa était médecin du pèlerinage. Et là encore je voyais mon père posait son regard, parler aux malades, s’asseoir à côté d’eux leur parler, et non seulement les ausculter ou leur dispenser un remède, mais surtout, une parole. Maman était plus loin, discrète. Et moi je portais le stétoscope…Et j’étais impressionnée car j’étais petite (10 ans au début voir moins…) Et il faisait cela au nom de Jésus, il donnait de son temps au nom de Jésus.

Leur Jésus qu’ils voulaient me faire connaître, et me faire aimer.

INTERPELLATION AU PARC DES PRINCES

A 15 ans, lycéenne, je suis allée par un beau dimanche à la messe avec mes parents, un grand rassemblement, une messe au Bourget, célébrée par la Pape Jean Paul II….Le matin avec mes parents, comme toujours. J’ai été saisi pendant cette liturgie. ….

Puis je reviens à Chartres, et à l’arrivée en gare, un bus de jeunes part pour un autre grand rassemblement : au Parc des Princes. Ne croyez pas que je voulais voir un match de foot ! Non JP II rencontrait les jeunes.(NDLR : textes et videos de cette rencontre du Pape avec les jeunes sont consultables en cliquant ici)
Je descends du bus pour remonter juste dans ce nouveau bus, cela n’étant pas prévu mais répondant à l’invitation du prêtre qui accompagnait ces jeunes et des jeunes qui me le demandaient juste avant de partir ! Alors j’ai eu une grande envie d’aller «  revoir l’homme en blanc » j’avoue !

Alors il entre dans sa papamobile, dans ce parc des princes archi-bondé. Et évidemment il me voit, il ne voit que moi ( Complice) Quel regard….il me regarde, moi, Marie-Pierre. La soirée se déroule dans une grande puissance d’échanges, avec cette voix magnifique (je suis sensible à la musique alors sensible aux voix sans doute).

Et vient la lecture de la Parole de Dieu, de cette histoire du jeune homme riche (Mt-19 16, 22) et voilà ce que j’ai entendu et que j’entends encore :

«  Seigneur, j’ai tout, je fais tout bien, comme il faut, tout pour être heureux humainement et spirituellement, que puis je faire ou faut il que je fasse quelque chose de plus pour avoir la vie éternelle ? »

Silence...

Jésus répond en le regardant, yeux dans les yeux, comme quelques instants plus tôt JP II m’a regardé : «  va vends tout ce que tu as et suis moi »……il repartit tout triste, car il avait de grands biens.

Et moi, j’étais la jeune fille riche d’une belle enfance, simple, et aimante avec mes parents, frère et sœur.

Et j’ai senti Jésus dans le regard reçu quelques instants plus tôt par le regard du Pape, qui n’avait vu QUE moi, bien sûrSourireJésus me regardait MAINTENANT car les paroles, la question du jeune homme riche faisait écho en moi, et je lui posais la question, à mon tour !

ET Jésus, ce Jésus dont mes parents m’ont transmis leur amour pour Lui, avec lequel j’étais d’accord, de toute façon il ne m’embêtait pas Jésus dans ma vie, alors ….j’ai ressenti très très fort un appel au fond de moi, que c’était moi qui devait répondre à son Amour MAINTENANT et pas mes parents, ou me réfugier derrière mes parents.

Entre le matin à la messe où j’étais encore une enfant, ce soir par Le regard posé sur moi et la parole j’étais devenue UNE JEUNE, responsable de ma jeunesse, et le Jésus de mes parents se partageait : Il était devenue Mon Jésus à moi aussi !

J’étais devenue une jeune en ce lieu du Parc des Princes, avec cet homme fabuleux, qui honorait les jeunes, qui dialoguait avec les jeunes, qui exigeait des jeunes car ils aimaient les jeunes ( on est exigeant quand on aime)… Il fallait que je débute la responsabilité de ma vie.

Il est des rencontres qui changent la vie, un peu, il faut l’avouer !

Alors je devais choisir maintenant :

  • Ou repartir toute triste : jésus ne change rien à ma vie, je continue cool comme avant, avec ma rencontre dominicale – point – pas d’embrouilles.
  • Ou j’accepte ce feu en moi ce bonheur intense en moi, et je le fais vivre et ça va changer «  un peu » ma vie. Et alors je repars joyeuse !

Je choisis ou la joie ou la tristesse , c’était presque ça.

Et JP II a dit aussi : « la société de consommation ne rend pas l’homme heureux » ouah ! alors là pour une jeune qui veut vivre sa jeunesse….c’est tout un programme qui tiraille mais qui m’attirait vraiment. Un défi !

Je ne voulais pas repartir comme le jeune homme : tout triste ! c’était UNE TROP BELLE journée ! Un cadeau du Ciel jamais plus ce cadeau ne repassera, du moins de la même manière. Tout instant est unique !

Alors je suis reparti heureuse ! très heureuse.

Ensuite, comme je vous ai dis que j’allais tous les ans à Lourdes, j’étais un pilier jeune, sympa, fidèle et là j’ai décidé qu’il fallait donc faire quelque chose « pour avoir la vie éternelle » ! Mais pas toute seule, à partager car la joie se communique !

Or la vie éternelle, c’est de le connaître LUI (Jean 6, 40) et pour le connaître, j’ai pensé plein de choses et voilà ce qui a été créé :

- Un groupe de prière du chapelet qu’avec des jeunes de l’Hospitalité de Lourdes ( puis d’autres viendront), avec un prêtre pour nous guider et c’était chez lui, tous les vendredis ( je crois). Puis on devenait tellement nombreux, que nous avons dû trouver une chapelle chez des sœurs.

- on a mis en place des we prière/formation avec ce prêtre.

- on a joué une pièce «  5 pains et 2 poissons » que nous avons joué dans le diocèse, dans des prisons, à un festival d’art sacré, dans un diocèse voisin.

- on a organisé des soirées dansantes pour récolter de l’argent pour aide rles malades à payer le voyage à Lourdes et on allait les visiter.

- On a créé un journal «  débraye ça fume », de retour du Congrés Eucharistique à Lourdes (année de l’attentat de JP II. De ce groupe il y eu beaucoup de vocations.)

-  St Jacques de Compostelle

ISRAEL

J’ai fait mes études d’infirmière pendant ce temps, et 3 années après mon diplôme je suis partie à l’étranger par le biais de mon travail : 1 an en Israël

J’avais 24 ans, et là après avoir rencontré le regard de Jésus sur moi, d’avoir entendu sa voix me demander de devenir son amie, de fait après ces années à Le cotoyer en Amitié, Il m’invitait chez Lui !

Je suis allée chez Lui, à Nazareth, j’ai vu où Il vivait, où Il habitait, la maison de ses amis, les villages, la terre où Il a marché. J’ai mis pendant un an, en plus de mon travail auprès des enfants malades de Nazareth et des territoires occupés alentours, j’ai mis mes pas dans ses pas. Je suis allée souvent à Tibériade, dormir sur la montagne, voir le lever si merveilleux de couleur s’y lever comme Il l’a vu. La plage de Tibériade où Il a mangé avec ses amis, Il a multiplié les pains, Il a pris la barque, les villages, les routes où Il a croisé tant de monde, une foule immense où il n’a fait QUE LE BIEN : Il a guéri, Il a consolé, Il a chassé les démons affreux des hommes, Il a ri, Il a mangé et a été dans la maison des gens rejetés de la société, Il a été à une noce, Il avait des amis : Lazare, Marie-Madelaine, Il a encore guéri en touchant les uns ou  en se laissant toucher, ou en disant seulement une parole, Il s’est reposé seul, sur la montagne, Il priait pour savoir et connaître comment répandre le Bien qui dépasse tout Bien. Il a promis de nous sauver tous de notre mal, de nous donner la Vie éternelle.

Il a fait le Bien et beaucoup alors l’ont jalousé ! Il en est mort, accusé de blasphème.

Il est mort sur une croix

J’ai poursuivi ma route et je suis allée voir son tombeau : Vide ! Il n’y avait rien à voir !

Comme ses amis qui ont vu le tombeau vide, je l’ai vu aussi. Et là il me fallait encore choisir :

En fait, Jésus qui m’avais invité chez Lui en était reparti et Il me disait comme à ses disciples : «  Je te précède là où tu iras ; et Je serais avec toi pour toujours »

J’étais devenue une adulte qui était responsable d’une nouvelle phase de sa vie !

Ce Jésus pour ses amis n’est pas mort, Il est ressuscité, Vivant. Et depuis ses amis, de simples pêcheurs timides sans instructions, se sont mis à parler de Lui de son Immensité de bonté et miséricorde, jusqu’au bout de la terre et cela continue de nos jours.

Et je crois en Jésus Vivant : Il n’est pas dans le tombeau, je ne l’ai pas vu car Il est vivant.

Revenue de cette année passée dans son pays, depuis je lis sa Parole vivante, avec les couleurs, les odeurs, les bruits du vent, les coutumes de son pays si vivant et fragile, comme moi.

Sa Parole me permet non pas, de faire ce que j’aime mais d’aimer ce que je fais.

Sa Parole j’aime la faire chanter et célébrer(*), comme les belles couleurs de son Pays, au sein de notre paroisse et là où l’on me le demande.

Jeune, j’ai lu un livre qui m’a marqué : « la cité de la joie » (un prêtre qui donne sa vie pour des exclus et transforme un bidonville par sa Foi au Christ et la Joie arrive en ce lieu dans le quotidien) et sur la 1ere page était écrit ce proverbe indien :

« TOUT CE QUI N’EST PAS DONNE EST PERDU » :

Jésus est celui qui se donne à tous, de manière particulière et unique, pour nous donner la Joie qui ne finit pas.

Et Jésus est celui qui nous donne tout, qui nous donne sa vie pour nous sauver de nos enfermements, dans cette vie donnée, dans les pardons donnés car pardonner c’est donner par –dessus = par-donner.

Jésus est celui qui nous donne tout, pour que nous ne perdions rein, pour que nous ne nous ne perdions pas notre Vie. . .qui nous donne de partager sa condition divine lui à partager notre condition humaine.

Certes , moi, je peux vivre de mon « p’tit bonheur » avec mon mari et mes 4 enfants mais le fait réel de connaître Jésus et de vouloir le suivre, fait que je ne me résous pas « juste » à ce p’tit bonheur, mais à vouloir vivre plus large ! Un amour pour tous à partir de ma vocation de mariage, une irradiation qui part d’une illumination ! l’Amour se partage, il ne se comprend pas, et c’est l’Amour qui aide à vivre et non pas la compréhension des choses…

Jésus est celui qui nous donne son Amour à partager entre tous, un Amour Unique pour chacun et une unité profonde entre tous ! Pour une vie qui ne finit pas, pour une vie éternelle, comme Jésus le proposait au jeune homme riche !

 

photo de Marie-Pierre Huré




 
Bannière

Messes dominicales


LE SAMEDI

18h30 : Messe à Lucé
(Eglise St-François)


LE DIMANCHE

9h30 : Messe à Mainvilliers
(Eglise St-Hilaire)

11h00: Messe à Lucé
(Eglise St-Pantaléon)

Tous les 2ème dimanches du mois
Messe des familles à 11h


Le 3ème dimanche du mois

10h30
: Messe à Amilly
(Eglise St-Pierre-St-Paul)

Partenaire Aleteia

Autres offices

Lundi
20h30: Chapelet à l'église St-Pantaléon

Mardi
18h30: Messe à l'église St-François
20h45: Groupe de prière charismatique et oecuménique au centre St-Pantaléon

Mercredi
8h30: Laudes à l'église St-Pantaléon
9h00: Messe à l'église St-Pantaléon
9h30: Adoration eucharistiques et confessions à l'église St-Pantaléon

Jeudi
9h00: Messe à l'église St-Hilaire
9h30: Adoration eucharistique à l'église St-Hilaire
14h00: Chapelet au centre St-Pantaléon

Vendredi
17h30: Adoration eucharistique et confessions à l'église St-Hilaire
18h30: Messe à l'église St-Hilaire

Dimanche
17h45: Chapelet de la Miséricorde à l'église St-Pierre-St-Paul
18h00: Adoration eucharistique à l'église St-Pierre-St-Paul






















* avec possibilité de confession

Nous contacter

Presbytère de Lucé

1 place du 19 mars 1962

Tel: 02.37.33.03.19

 

Permanences:

Du mardi au vendredi*: 17h à 18h30 - Samedi: 10h à 12h

(*le mardi seulement pendant les vacances scolaires)



Presbytère de Mainvilliers


4 rue Esther Villette

Tel: 02.37.21.15.33

 

Permanences:

Mercredi: 16h30 à 18h - Samedi: 10h à 12h

 


Presbytère d'Amilly


8 rue Jean Moulin

Tel: 02.37.27.59.07 (sur rdv)