Paroisse Sainte-Marie des Peuples

Amilly - Lucé - Mainvilliers

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Le mot du curé
Retrouvez ici tous les éditos du curé, tels que publiés dans les feuilles mensuelles d'informations paroissiales.

SOUFFLE MISSIONNAIRE

Envoyer Imprimer PDF
Dans ce dernier mois de l’année pastorale, encore tout proche de la Pentecôte,  nous sommes portés par ce souffle de l’Eprit Saint qui conduisit les disciples à la mission et au témoignage, pour porter l’Evangile du Christ « de Jérusalem aux extrémités de la terre ». C’est le moment opportun pour tenter d’évaluer notre élan missionnaire, au niveau individuel, comme au niveau paroissial.

Notre Projet Pastoral Missionnaire (PPM), approuvé par notre évêque, a été lancé au mois de janvier, et s’il est encore trop tôt pour en faire un bilan, il est bon de s’en saisir, justement dans cette optique missionnaire, et voir si au moins nous sommes en route. Ce PPM reconnait cinq piliers, 5 « essentiels » pour avancer dans la dynamique missionnaire ; des réalités toutes simples, mais véritablement essentielles, faute de quoi aucun chrétien, aucune communauté, ne pourraient se dire missionnaires : aimer Dieu ; aimer les autres ; se former ; servir ; et témoigner. Peut-être des choses que nous faisons sans le savoir, comme la prose de M. Jourdain. Mais il n’est pas inutile d’en prendre conscience, pour affermir ce mouvement, pour lui donner toute sa force.

La force, c’est celle de l’Esprit Saint : « vous recevrez une force, et vous serez mes témoins ». C’est ce qui s’est passé pour les premiers disciples : eux qui étaient encore si mal assurés au moment du départ de Jésus, sont devenus des témoins intrépides, jusqu’à implanter solidement la foi chrétienne dans tous le bassin méditerranéen dès la première génération… Mais ce phénomène n’a pas été celui de quelques individus exceptionnels – même s’il y en eu. C’était essentiellement un mouvement communautaire : « 44 Tous les croyants ensemble mettaient tout en commun… 42 Ils se montraient assidus à l'enseignement des apôtres, fidèles à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières. …Et chaque jour, le Seigneur adjoignait à la communauté ceux qui seraient sauvés. » (Ac 2, 42-44)

Nous voulons vérifier ensemble que nous sommes sur le même chemin, et c’est pourquoi nous nous retrouverons en assemblée paroissiale le samedi 13 juin, de 9h45 à 12h. Tous ceux qui le veulent peuvent y participer, pour s’exprimer sur cette dynamique missionnaire, là où nous en sommes, ce qu’il faut encore pour progresser. mais il est nécessaire de s’inscrire à l’avance.

Et puis nous aurons la joie de nous retrouver pour le dimanche communautaire paroissial, le 21 juin à Amilly, pour un moment de fête, de détente, de convivialité, avant la dispersion de l’été.

Père Pascal Desquilbet, CCN

 

QUEL BONHEUR !

Envoyer Imprimer PDF

Je me suis beaucoup réjoui lors de notre veillée de Pâques, avec le baptême de nos quatre frère et sœurs qui sont nés à la vie divine dans le bain baptismal… Voir leur joie, à eux, les baptisés, qui préparaient cela depuis deux ans, voir la joie de toute la communauté, la joie de la Mère-Eglise qui enfante, et se réjouit de donner la Vie de son Epoux le Christ Ressuscité … Quel bonheur !

Je me suis beaucoup réjoui lors de la messe du dimanche de l’Alliance conjugale, avec l’accueil des futurs mariés, qui vivaient ce dimanche et le précédent leur parcours de préparation au mariage… Certains, peu familiers de l’Eglise, assez froids au début, se sont approchés au moment de la communion, croisant les bras sur la poitrine pour recevoir la bénédiction… Ce geste, loin d’être anodin, montrait clairement un intérêt renouvelé pour la foi célébrée dans ces rites. Tel d’entre eux a même demandé de pouvoir faire sa première communion… Quel bonheur !

Je me suis beaucoup réjoui d’entendre tous ces couples mariés qui se sont approchés de l’autel, renouveler les engagements de leur mariage avec une conviction impressionnante. Et de bénir au nom du Seigneur celles et ceux qui sont dans un autre état de vie, célibataires, choisi ou non, divorcés, remariés, veufs… Car la bénédiction du Père est pour tous, et sa Miséricorde s’étend à tous ses enfants. Quel bonheur !

Ce quatrième dimanche de Pâques (26 avril) sera, comme chaque année, celui de la prière pour les vocations. Dans cette année de la Vie consacrée, nous prierons plus particulièrement pour tous les consacré(e)s. Le service diocésain des vocations nous propose de faire circuler dans nos maisons, à tour de rôle, de semaine en semaine, des images (collée sur bois) de saints ayant vécu la vie consacrée : Thérèse de Lisieux, François d’Assise, mère Térésa de Calcutta, et Ignace de Loyola. Il s’agit de porter en famille cette prière pour les vocations. Ce relais de prière ira du 26 avril au 28 juin, et chaque dimanche, à la fin de la messe, un foyer viendra prendre une image, la recevant d’un autre qui aura prié avec durant la semaine précédente. Un livret de prière est fourni avec l’image, qui propose un petit office pour chaque jour de la semaine, à vivre en famille, ou avec quelques voisins ; le tout dans un petit sac bien pratique. Ceux qui désirent prendre l’une de ces images sont priés de s’inscrire à l’avance autant que possible, par téléphone ou mail au presbytère de Lucé.  …Et si nous osions prier pour que, parmi nos amis, nos enfants, nos petits-enfants, l’un d’eux entende cet appel, et que nous soyons capables de l’accompagner sur ce chemin ?!

Cette prière, des familles pour les consacré(e)s, des consacré(e)s pour les familles… Cela me réjouit beaucoup. …Quel bonheur !

Père Pascal Desquilbet, CCN

Mise à jour le Samedi, 25 Juillet 2015 22:12
 

PLONGES DANS LA VICTOIRE

Envoyer Imprimer PDF

Voici qu’arrivent les jours où nous célébrons dans la joie de l’Eglise la merveilleuse Victoire du Christ sur la mort, sur la haine, sur le mensonge.

La résurrection n’est pas seulement l’épilogue heureux d’une histoire qui, ayant commencé dans la joie de la crèche, s’achève dans un drame terrible où l’Innocent est abominablement broyé par tous ses ennemis. Au cours de cette lutte, qui commence dès le début de la vie publique de Jésus, et va s’intensifiant jusqu’à la passion, le Christ est, déjà, le grand vainqueur : que ce soit dans les nombreuses controverses avec les pharisiens et les scribes, ou dans les épisodes ultra-violents des derniers jours à Jérusalem, Jésus est celui qui domine largement ses ennemis par la vérité, l’amour, et cette puissance de vie qui se déploie dans toute son existence, et va se manifester magnifiquement dans sa résurrection. Jamais il n’aura cédé : on aura pu lui faire tout ce qu’on aura voulu, jamais il n’aura cessé d’aimer !

Voilà la grande victoire que nous célébrons à Pâques. C’est en elle que nous sommes plongés, oui, plongés : le baptême est notre plongeon dans la puissance de vie, d’amour et de vérité qu’est le Christ.

A Lucé, nous aurons la grande joie de baptiser quatre adultes : Agnès, Monique, Divalo et Mélanie, qui recevront aussi la Confirmation et la 1ère Communion, s’y préparant depuis longtemps par les rencontres du catéchuménat et du parcours Alpha...

La question est maintenant : saurons-nous les accueillir ? Ils sont encore peu connus dans la communauté paroissiale, et eux-mêmes connaissent peu ses membres, ses usages… Y aura-t-il des chrétiens pour oser entrer en conversation avec eux ? pour lier amitié ? Comment ce sacrement pourrait-il porter durablement du fruit s’ils ne sont pas intégrés de façon bien concrète dans la communauté de l’Eglise ? Notre « projet pastoral missionnaire » nous y appelle : « Pour accueillir ces nouveaux disciples du Christ, notre communauté doit bouger, se convertir, sortir d’elle-même. …Il apparait tout à fait primordial que chaque chrétien se sente personnellement responsable de l’accueil… que la paroisse soit une véritable communauté de frères et de sœurs. »

Eux, ils commencent ; nous, baptisés depuis longtemps, nous sentons bien que nous avons aussi à être replongés, renouvelés, rénovés dans cette victoire du Christ, pour être en vérité participants de sa VIE, sa vérité, de son amour tout puissant.

Bonne Pâque à chacun.

Père Pascal Desquilbet, CCN

 

UN CARÊME POUR SE CONVERTIR

Envoyer Imprimer PDF
Nous voici entrés dans ce grand temps du carême, pour nous préparer à la pâque du Christ, notre pâque. Un temps long, comme une course de fond, pour décrasser nos cœurs des graisses de l’égoïsme, du matérialisme, de toutes nos idolâtries… Un temps pour accueillir au plus près la présence de Dieu, pour lui offrir non seulement ce qui est beau, ce qui est bien, ce dont nous sommes fiers dans chacune de nos existences, mais aussi nos pauvretés, nos échecs, nos misères …et nous réjouir de sa miséricorde.

Historiquement, le carême s’est mis en place dans l’antiquité chrétienne pour accompagner les catéchumènes qui se préparaient au saint baptême. Ils avaient cheminé pendant trois ans, par l’instruction, la prière, et la purification de vie (le renoncement à toute situation de péché), et ils entraient dans le dernier carême comme dans l’ultime combat, comme en une retraite pour affermir la ferveur dans la lutte pour l’abandon des vielles habitudes de péché... Dans cette dynamique, le carême ne concernait pas seulement les personnes en train de devenir chrétiennes, mais toute la communauté, et chaque disciple en particulier.

Cette dimension devient plus claire pour nous maintenant lorsque la communauté accompagne réellement des catéchumènes dans leur initiation chrétienne. C’est le cas pour notre paroisse, et nous prions particulièrement pour Agnès, Divalo, Mélanie, et Monique, qui seront baptisés, confirmés, et communieront au Christ ressuscité dans la nuit de Pâques.

Ce cheminement est marqué par des étapes liturgiques importantes. Il y a d’abord « l’appel décisif » de l’évêque, qui réunit tous les futurs baptisés adultes du diocèse (35 cette année), le premier dimanche de carême, dans une même église. Et puis il aura des étapes pénitentielles, les 3ème,4ème & 5ème dimanches de carême (8, 15 et 22 mars). On les appelle « scrutins », car c’est Dieu qui « scrute les reins et le cœurs », pour faire apparaître ce qui y est faible et  mauvais, pour le guérir, et pour affermir ce qui est bien, bon et saint. L’Eglise demande alors que soit employé dans les messes de ces dimanches les grands évangiles catéchuménaux de l’année A (avec les autres lectures associées). C’est ce que nous ferons sur toutes les églises de la paroisse.

Et puis chacun de nous aura à cœur de vivre le sacrement de la Réconciliation, qui sera proposé – entre autre – le mardi 17 mars à St Pantaléon. Les enfants et les familles seront mobilisés sur le week-end « Timothée » du 14-15 mars, qui sera aussi un temps fort de notre chemin de conversion.

A chacun un bon et vrai carême !


Père Pascal Desquilbet, CCN

Mise à jour le Samedi, 25 Juillet 2015 19:16
 

ARTISANS DE PAIX

Envoyer Imprimer PDF
Nous avons tous été saisis par la brutalité des attentats du début janvier. Le fait n’était hélas par entièrement nouveau, et s’ils nous rappelaient les sinistres événements de mars 2012 dans la région toulousaine, ils nous ont surtout fait réaliser que les atrocités qui se produisent quotidiennement au Moyen Orient ou au Nigeria ont aussi leurs ramifications tout près de chez nous, sur notre sol…

Face à cette situation de crise, nous sommes peut-être exposés à deux tentations : celle de regarder tous les musulmans comme des djihadistes et des terroristes en puissance ; ou encore, benoitement, une attitude de prudent attentisme, évitant tout contact supposé risqué, en attendant que les  choses s’arrangent…

Mais, disciples de Jésus, nous voulons rejeter les tentations de tout bord, pour nous faire artisans de paix, de ceux que l’Evangile proclame Bienheureux (Mt 5,9). Oui, il y a un vrai bonheur à se situer dans cette dynamique de rencontre, de dialogue, d’espérance, sans céder aux jugements simplistes, ni à la passivité paresseuse et méfiante. Nous voulons saisir toutes les occasions qui se présentent pour exercer cet ‘artisanat de la paix’, dans les conversations que nous pouvons avoir partout, en famille, au travail, et toutes les rencontres avec des personnes différentes, par l’origine, la religion, le milieu social, la couleur de peau, le vêtement... Dans le dialogue spécialement avec les enfants et les jeunes, car l’enjeu de l’éducation est capital en ce domaine.

Nous avons eu la joie de participer, six membres de la paroisse, à la rencontre interreligieuse qui a eu lieu à Luisant le 19 janvier, à l’initiative de la communauté Israelite de Chartres, où une belle atmosphère de respect planait sur la centaine de personnes présentes, de toutes religions et confessions de l’agglomération. Diverses pistes ont été évoquées, pour nous aider à grandir dans la connaissance et le respect mutuels, et d’autres rencontres analogues suivront. Laissons-nous conduire par l’Esprit, pour inventer de nouveaux chemins de Paix...

La place manque pour parler de l’Année de la vie consacrée, ainsi que des équipes synodales qui vont participer à la grande réflexion de l’Eglise sur la famille, en vue du synode des évêques au mois d’octobre. D’autres informations seront données ailleurs. Que chacun garde au cœur ce désir d’être en toute circonstance un véritable artisan de paix.


Père Pascal Desquilbet, CCN

Mise à jour le Samedi, 25 Juillet 2015 19:17
 


Page 7 sur 12
Bannière

Nous contacter

Presbytère de Lucé

1 place du 19 mars 1962

Tel: 02.37.33.03.19

 

Permanences:

Du mardi au vendredi: 17h à 18h30 - Samedi: 10h à 12h



Presbytère de Mainvilliers


4 rue Esther Villette

Tel: 02.37.21.15.33

 

Permanences:

Mercredi: 16h30 à 18h - Samedi: 10h à 12h