Edito

Le carême, temps de la Miséricorde divine

Le carême apparait comme un temps austère que les esprits rigoureux tiennent à vivre. Pourtant, c’est un moment important où le cœur de la vie chrétienne est révélé à tous. Il est le temps de la Miséricorde de Dieu.

Le Carême est chargé de grâce de contemplation de la Miséricorde divine. Dieu est toujours miséricordieux. Jésus nous dit le pape François est le visage de la Miséricorde. Le carême donne au peuple chrétien de puiser des grâces en Lui et donne de vivre entre nous cette Miséricorde.

Dieu Miséricordieux présent dans nos histoires voit nos efforts, nos réussites, nos égarements, nos péchés qui nous détruisent ainsi que le monde. Il déploie toutes les possibilités pour nous sauver et pour cette raison, le Carême est donné pour répandre les grâces de la Miséricorde.

Ce moment particulier de l’année est d’une grande générosité de Dieu. Pour avoir le cœur ouvert et prêt à accueillir toutes ces grâces qu’il veut nous donner, nous devons nous préparer. L’évangile nous propose trois étapes : La prière, l’aumône et le jeûne. Par la prière, il s’agit de répondre à la question : Que veux-tu dire à Jésus qui meurt par amour pour toi ? Par l’aumône, il s’agit de tout Lui confier et d’accepter d’accueillir sa main transpercée pour relever d’autres. Et par le jeûne, il s’agit de prendre sa croix et de penser à la solitude de Jésus abandonné et celle de tous les pauvres de notre monde.

Ces étapes sont comme des clés pour ouvrir les portes de la Miséricorde. Elles se manifestent dans les œuvres corporelles et spirituelles de la Miséricorde. Les œuvres corporelles reprennent les indications des évangiles, notamment le chapitre 25 de Matthieu : « Donner à manger aux affamés, donner à boire à ceux qui ont soif, vêtir ceux qui sont nus, accueillir les étrangers, assister les malades, visiter les prisonniers, ensevelir les morts ». Les œuvres spirituelles forment une très belle liste de gestes très concrets et ordinaires qui touchent tous les domaines de notre vie amicale, familiale, professionnelle ou ecclésiale : « Conseiller ceux qui sont dans le doute, enseigner les ignorants, avertir les pécheurs, consoler les affligés, pardonner les offenses, supporter patiemment les personnes ennuyeuses, prier Dieu pour les vivants et pour les morts ».

Bon chemin vers Pâques dans la Miséricorde !

Père Dominique Bienvenu NDINGA, CCN

Print Friendly, PDF & Email